Baptiste Henriot | Voyages | Explorations | Découvertes | Europe | Asie | Scandinavie | Afrique | François-Auguste Biard | Auguste Mayer | Corvette La Recherche | Spitzberg | Expertise  | Léonie d'Aunet

©Baptiste Henriot 2016-2019

Toutes les images et les textes de ce site web sont soumis au droit d'auteur. Toute utilisation est interdite sans mon autorisation.

All images and texts on this website are subject to copyright. Any use is prohibited without my permission.

Océan Mondial - Passeport du Citoyen de l'Océan

26 May 2017

 

 

 

Et si vous faisiez un petit geste pour les Océans ?

 

L’écologie et l’environnement sont au coeur de nos problématiques actuelles. Même si de nombreux gouvernements se sont mis d’accord sur l’urgence et la nécessité d’agir pour réduire la pollution et la pêche intensive d’espèces protégées, quelques irréductibles continuent de penser que le réchauffement climatique et la disparition des espèces ne sont que de vulgaires inventions…

 

Pour ma part, je n’ai jamais vraiment été un grand militant écologique ni un fervent défenseur de la cause animale. Bien évidemment ces questions m'interpellent et m'inquiètent. Au quotidiens, je trie mes déchets, j’utilise des ampoules “ basse consommation ”, je fais attention à la lumière ainsi qu’à la consommation d’eau… Ce sont des gestes simples que l’on tente de nous apprendre depuis maintenant quelques décennies et les dernières générations sont de plus en plus sensibles à ces problèmes.

 

Après avoir été à la rencontre de baleines en Islande pendant l’été 2016, je me suis rendue compte que l’équilibre entre la nature et l’homme était fragile. Les cétacés sont menacés à cause du braconnage, des pêches encore légales - en Norvège, au Japon, en Islande et aux Féroé - mais également à cause de la pollution des eaux et de l’air. Les baleines ne sont qu’un exemple parmi tant d’autres car l’Homme semble trouver un certain plaisir dans la destruction de ce qui lui a été offert. Il est alors urgent d’agir !

 

 

“ Six milliards de petits gestes peuvent devenir un grand mouvement ! ”

 

 

Je tenais à présenter le Passeport du Citoyen de l’Océan que je viens de recevoir. Avant d’être de telle ou telle nationalité, nous sommes avant tout des citoyens du Monde. Qui dit citoyen du Monde implique que nous sommes responsable de notre habitat. Ce passeport est délivré gratuitement par Nausicaá, le centre national de la mer situé à Boulogne-sur-Mer. Ce petit livret ne coûte qu’un peu de son temps chaque jour - ce qui n’est pas cher payé pour aider, à son échelle, à maintenir un futur vivable. Les engagements que l'on peut faire sont simples : ne pas utiliser de sacs plastiques jetables ; acheter des produits qui ne sont pas nocifs pour l’environnement ; manger des espèces marines variées et non surexploitées ; privilégier les produits locaux ; ne rien jeter sur les plages ; ne pas acheter de souvenirs fabriqués à partir d’animaux comme des coquillages … Tout ces petits gestes ne sont pas bien compliqués ni très contraignants et pourtant, ils aident peu à peu notre planète à se régénérer. 

 

Il est également de mon devoir en temps qu'Ambassadeur des Océans de vous présenter un tout nouveau continent découvert il y a une vingtaine d'années et qui pourra peut-être devenir le lieu de vos futures vacances. En effet, le 7ème continent fût découvert par l'océanographe Charles Moore en 1997. Il s'agit en réalité d'une accumulation de déchets plastiques disséminés dans les océans, flottant et voyageant au gré des courants.

 

La plus grande de ces concentrations de déchets se dans l'Océan Pacifique, entre le Japon et la Californie et est appelée The Great Pacific Garbage Patch - que l'on peut traduire par La Grande Parcelle d'Ordure du Pacifique. Cette décharge marine voyage et s'accumule tout ce qu'elle peut à l'aide de gyres océaniques - énormes tourbillons formés par les courants marins. A la surface, les déchets sont répartis sur une zone de 3,43 millions de kilomètres carrées pouvant aller de 10 à 30 mètres de profondeur - soit une zone équivalant à six fois la France. Il existe encore quatre autres gyres et donc quatre autres concentrations de déchets : dans le Pacifique Sud, dans l'Atlantique Nord et Sud, ainsi que dans l'Océan Indien. Le nombre de débris plastiques est estimé à cinq mille milliards - 5 000 000 000 000 - pour un poids avoisinant les 270 000 tonnes... Les principaux dangers sont que ces débris tuent et blessent de nombreuses espèces - un million d'oiseaux et cent mille mammifères marins en meurent chaque année - mais ils sont également de parfait moyens de transport pour les bactéries et des polluants chimiques.

 

Alors qu'attendez vous pour être responsable et pour faire, à notre planète, les gestes de premiers secours ? N'hésitez pas à m'envoyer un message pour me dire si vous aussi, vous faites la demande de cette nouvelle citoyenneté !

 

 

Pour commander votre passeport, contactez World Ocean Network - Réseau Océan Mondial à cette adresse : info@worldoceannetwork.org

 

 

Pour en découvrir d'avantage : 

nausicaa

worldoceannetwork

 septiemecontinent

• Arte : Le 7ème Continent, l'océan agonisant sous les tourbillons de déchets

• Expédition 7ème continent : Documentaire sur l'expédition, mai 2014

• Le Monde : Le 7e continent de plastique : ces tourbillons de déchets dans les océans, mai 2012

 

 

 

 

 

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload