Meudon - Le Hangar Y




Le Hangar Y ! Quel merveilleux point de départ pour cette série de reportages que j’ai souhaité consacrer à Meudon !


Passant tous les jours devant en voiture, cela faisait des années que je rêvais d’y retourner … Tout petit, j’avais eu la chance de le visiter lors d’une sortie scolaire, mais les quelques souvenirs qui en ont subsisté étaient quelque peu sombres et délabrés - à l’image de ce bâtiment. Une vingtaine d’années plus tard, le hangar, toujours debout, continue de traverser les âges, renfermant derrière ses portes colossales les histoires de l'aéronautique française.



Tout débute en 1878, lors de la troisième édition de l’Exposition universelle de Paris. Cette année-là, l’une des attractions principales est une tête bien connue présentée dans les jardins du Champ de Mars : celle de la statue de la Liberté. Après six mois d’exposition, les pavillons sont démontés et certaines de leurs structures sont employées à des fonctions nouvelles. Une partie de la halle des machines est ainsi transportée en plein cœur de la forêt de Meudon afin de bâtir le fameux Hangar Y.


Mesurant 70 mètres de long, 24 mètres de large et 20 mètres de haut, il est le tout premier hangar à dirigeables au monde - et l’un des seuls encore debout aujourd’hui. Fleuron de l’aviation française, le premier ballon dirigeable à circuit fermé nommé La France, effectue en 1884 un vol marquant pour l'aéronautique mondiale.



Le hangar se voit ensuite transformé. L’arrière du bâtiment - auparavant ouvert pour laisser sortir les ballons - est habillé d’une porte gigantesque afin d’y abriter, de 1921 à 1977, les collections du musée de l’Air. Les mots DEFENSE DE FUMER inscrits en énorme sur cette porte toute neuve deviennent alors l’un des éléments marquant l’identité du lieu.



Jusqu’à la fin du XXème siècle, le hangar se voit ensuite utilisé lors de divers évènements.

Le 22 avril 1959, il sert de piste de décollage à Audouin Dollfus (1924-2010), digne membre de la Société des Explorateurs Français et pionnier de l'exploration spatiale. A bord d’une capsule pressurisée accrochée à une “ grappe ” de cent cinq ballons, Dollfus réussit à atteindre l’altitude vertigineuse de 14 000 mètres - un avion de ligne volant en moyenne à 11 000 mètres d’altitude. Ce vol spectaculaire lui permettra, grâce à des télescopes embarqués, d'observer la planète Mars depuis les limites de la stratosphère et de déceler la présence d'eau à la surface de la “ planète rouge ”.


© Arianne Dollfus

Puis, en 1964, Marc Chagall sen sert pour y assembler les différentes parties d’une œuvre monumentale : le plafond de l'Opéra Garnier.


© Adagp, Paris 2015. © Izis-Manuel Bidermanas

Enfin, Jean-Pierre Jeunet l’utilise comme décor en 2003 et y tourne une scène pour son film Un long dimanche de fiançailles, adapté du roman du même nom de Sébastien Japrisot.



Si le hangar Y est aujourd’hui classé au titre des monuments historiques depuis le 4 juin 2000, il a été laissé à l’abandon pendant plus de quarante ans. Comme dans mes souvenirs, les vitres cassées et les murs tagués avaient remplacé sa grandeur d'antan. Mais une nouvelle vie s’offre à lui grâce au groupe Culture & Patrimoine qui a pour projet de réhabiliter le site. Retransformé en lieu d'expositions et d’événements consacrés à la science, le hangar, mais également son parc, offriront un cadre idyllique ou culture et patrimoine se mélangeront.


Il ne reste donc plus qu’à attendre la fin des travaux - qui viennent de débuter - pour pouvoir enfin profiter de ce lieu magique au passé si riche !

© Culture et Patrimoine





Baptiste Henriot | Voyages | Explorations | Découvertes | Europe | Asie | Scandinavie | Afrique | François-Auguste Biard | Auguste Mayer | Corvette La Recherche | Spitzberg | Expertise  | Léonie d'Aunet

©Baptiste Henriot 2016-2020

Toutes les images et les textes de ce site web sont soumis au droit d'auteur. Toute utilisation est interdite sans mon autorisation.

All images and texts on this website are subject to copyright. Any use is prohibited without my permission.