Baptiste Henriot | Voyages | Explorations | Découvertes | Europe | Asie | Scandinavie | Afrique | François-Auguste Biard | Auguste Mayer | Corvette La Recherche | Spitzberg | Expertise  | Léonie d'Aunet

©Baptiste Henriot 2016-2019

Toutes les images et les textes de ce site web sont soumis au droit d'auteur. Toute utilisation est interdite sans mon autorisation.

All images and texts on this website are subject to copyright. Any use is prohibited without my permission.

Région d'Arusha, Tanzanie - Safari au Lac Manyara

5 Jul 2017

 

 

 

 

Un des passage obligé lorsqu'on visite l’Afrique Noire est de faire un safari dans l’une des nombreuses réserves que renferme le continent. La Tanzanie possède énormément de ces lieux tous plus magiques les uns que les autres. Les plus visitées, mais également les plus onéreuses, sont celles du cratère de Ngorongoro et du parc national du Serengeti.

 

Inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO, le cratère du Ngorongoro se situe dans le Nord de la Tanzanie. Ce cratère est la plus grande caldeira intacte et non submergée au monde avec un diamètre de plus de vingt kilomètres. Aujourd'hui éteint, il s’est formé à la suite de l'effondrement d'un volcan sur lui même. Au fond de cette cavité naturelle, les animaux sédentaires profitent de ce refuge unique au monde qui leur offre une protection naturelle ainsi qu'une réserve d’eau permanente.

 

Le Serengeti est quant à lui connu pour ses migrations annuelles ou voyagent côte à côtes des millions de gnous, de zèbres et de gazelles de Thomson, à la recherche d’eau et de nourriture. En plus de ce spectacle inoubliable et mémorable, le parc est considéré comme uns des derniers paradis sauvages sur terre. Ses plaines immenses abritent plus de quatre millions d’animaux. Pour tous les " chasseurs " d'animaux, c'est LE parc qu’il faut visiter si vous êtes à la recherche du fameux Big Five africain.

 

 

 

Faute de temps - et de budget - mon choix s’est porté sur un autre parc plus petit, moins fréquenté mais tout aussi merveilleux, celui du lac Manyara.

 

Près de la petite ville de Mto Wa Mbu, ce parc national de petite taille - 325 km² - fût fondé en 1960. Il abrite un riche éventail d’animaux : babouins, singes bleus, phacochères, gazelles de Thomson, impalas, girafes, zèbres, éléphants, buffles, hippopotames et lions - bien cachés dans le bush et timide à la vue des 4X4. Quatre-cents espèces d’oiseaux sont également présentes dont de nombreuses colonies de flamants roses, de pélicans et de vautours. Les paysages sont somptueux. Entre la forêt tropicale et la savane, il n’y a qu’un pas à franchir. Du mois, il ne faut que cinq minutes de conduite pour changer du tout au tout.

 

Pour dire la vérité, les safaris ne m’ont jamais énormément attirés. Voir des animaux est facilement accessible et suffisant grâce aux zoos et je ne voyais pas l’intérêt de leur courir après en voiture. Au finale, je dois bien avouer que je me suis très vite pris au jeu de cette chasse confortable et pleine de surprise.

 

Une fois le toit du Land Cruiser ouvert, j’ai pendant plus de cinq heures été promus au grade de vigie, alternant entre le téléobjectif de mon appareille photo et une paire de jumelle ; à l'affût de la moindre trace de vie sauvage.

 

Que l’on chasse pour capturer des souvenirs en photographie ou dans notre mémoire, ou encore que l’on chasse pour accrocher de stupides trophées dans notre salon, il existe ce que l’on appelle les “ Big Five ”. Il s’agit des cinq animaux d’Afrique les plus prisés et les plus recherchés lors des Safaris à savoir : les lions, les éléphants, les buffles, les léopards et les rhinocéros. Ces espèces sont en voie d'extinction à cause du braconnage qu’ils subissent depuis le XIXème siècle. Cela les rends donc de plus en plus difficile d’approche.

Les rencontrer et les voir dans leur environnement naturel est quelque chose d’émouvant. Cela n’a rien de comparable avec la visite d’un zoo. L’émotion y est démultipliée. Je trouve que cette effet est d’autant plus vrai et particulier lorsqu'on observe les éléphants marcher et manger à deux ou trois mètres de notre véhicule. Ces animaux se déplacent, certes lentement, mais avec une certaine grâce et bien évidement avec une présence bien marquée. Chacun de leurs mouvements semblent extrêmement calculés, pour ne pas bouger cette peau pleine de rides en vain.

 

Ma vision du safari a donc changé et je conseille cette promenade agréable et passionnante à tous les amoureux d’animaux et de nature en général. Ne serait ce que pour une journée. Se laisser porter et conduire dans ces endroits magnifiques est reposant et nous permet d’oublier tous nos petits soucis laissés en France.

 

Il ne me reste plus qu’à partir en chasse des trois derniers animaux du Big Five que je n’ai pas encore eu la chance d'apercevoir.

 

 

 

   

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload