Baptiste Henriot | Voyages | Explorations | Découvertes | Europe | Asie | Scandinavie | Afrique | François-Auguste Biard | Auguste Mayer | Corvette La Recherche | Spitzberg | Expertise  | Léonie d'Aunet

©Baptiste Henriot 2016-2019

Toutes les images et les textes de ce site web sont soumis au droit d'auteur. Toute utilisation est interdite sans mon autorisation.

All images and texts on this website are subject to copyright. Any use is prohibited without my permission.

Toutankhamon - La Joconde égyptienne

21 May 2019

 

 

 

Le nom de Toutankhamon résonne dans toutes les têtes lorsqu'il s'agit de citer un des souverain de l'Egypte antique. A plus d'un titre, ce dernier, ainsi que son fabuleux trésor, jouissent d'une réputation égale à celle de Mona Lisa - le portrait emblématique du musée du Louvre peint par Léonard de Vinci. Si 2 600 ans les séparent, leurs notoriétés se sont façonnées à la suite d'accidents de l'Histoire et ils sont aujourd'hui considérés comme les représentants les plus symboliques de leurs époques respectives.

 

Galanterie oblige, intéressons nous d'abord à la femme au sourire énigmatique. Probablement la peinture la plus connue au monde, la Joconde est l'une des icônes les plus représentée dans l'Histoire des Arts. Achetée par François Ier juste avant la mort de l'artiste, l'oeuvre repose au Louvre depuis 1870 après être brièvement passée par Fontainebleau, Versailles et Brest. Si l'oeuvre a toujours attiré les faveurs du public, sa légende nait en 1911 lorsque Vincenzo Peruggia - un vitrier italien qui participa aux mises sous verre des œuvres les plus importantes du musée - la vole pour des raisons qui restent encore et toujours mystérieuses. Pendant deux ans, ce dernier conserve la peinture chez lui, à Paris, avant d'essayer de la revendre à un marchant florentin qui le dénonce. Le 4 janvier 1914, le portrait retrouve sa place en France et sa sécurité est renforcée. Cette mésaventure peint le mythe sacralisant de Mona Lisa, la femme au sourire si énigmatique. Depuis quarante ans maintenant et après une courte exposition en Russie et au Japon, la Joconde n'est plus sortie du musée. Pour des raisons de fragilité, cette huile sur panneau ne peut ni voyager, ni sortir de son caisson isotherme plus de deux heures, la condamnant probablement à rester figée stoïquement pendant encore de longues décennies devant les objectifs des visiteurs.

 

Quel est donc le rapport avec Toutankhamon ? A première vue pas grand chose ... Et pourtant. Cette fois-ci il ne s'agit pas d'une histoire de vol, mais plutôt de non vol !

 

Cela fait des millénaires que pilleurs et archéologues sont à la recherche des tombeaux des pharaons creusés quelques part dans la Vallée des Rois, dans le Sud de l'Egypte près de Thèbes - actuellement Louxor. Les artisans qui ont façonné ces sépultures gardaient secrètement leurs emplacements. Si un malfaiteur se faisait prendre, son nez et ses oreilles étaient coupés afin que tout le monde puisse le reconnaitre. Il était ensuite banni avec toute sa famille, les condamnant à une mort certaine dans le désert. Mais l'or attire le cupide et afin de voler les trésors enfouies aves les momies des souverains, les pillages étaient monnaie courante et ce depuis les premières inhumations de l'antiquité égyptienne. C'est pour cela qu'aujourd'hui, de nombreux tombeaux ont été retrouvés vides et saccagés. Les seules traces encore visibles de l'opulence de ces dernières demeures restent les peintures murales presque intactes ainsi que les imposants sarcophages monolithiques le plus souvent taillés dans la pierre.

 

Comment se fait-il alors, que le 4 novembre 1922, l'archéologue britannique Howard Carter découvre par hasard, le mausolée intacte du jeune Toutankhaton ( littéralement "image vivante d'Aton" - le Dieu Solaire ) plus connu sous le nom de Toutankhamon ?!

 

Ce pharaon de la XVIIIe dynastie a vécu de 1345 à 1327 avant notre ère ... environ. Il serait donc décédé - on ne sait comment - à l'âge de dix-huit ans après n'être resté sur le trône que neuf années. Il est alors étrange de se dire que ce personnage ayant si peu régné, soit gravé dans la culture collective de tout un chacun. Symbole de l'Egypte antique, son masque circule dans tout le pays sur les pièces de One Pound et il est impossible de ne jamais avoir vu - en carte postale, à la télévision, dans une revue ou autre - cet objet unique et fascinant constitué de dix kilos d'or massif et de pierres semi-précieuses.

 

Une des légendes gardant le tombeau de Toutankhamon disait que, quiconque essayerait de pénétrer le sanctuaire, serait aussitôt frappé par une malédiction mortelle. Ce genre de hiéroglyphes de mise en garde n'ont pourtant jamais arrêté les pilleurs ou les archéologues. Toutankhamon a donc été gardé et préservé d'une tout autre manière. Quelques générations après lui, Ramsès VI régna sur l'Egypte de -1145 à -1137. KV9, son tombeau initialement conçut pour son prédécesseur Ramsès V, fût creusé juste au dessus de celui de Toutankhamon. Lors de son creusement, un éboulement de terrains eut lieu et dissimula l'entrée de KV62, la tombe du jeune roi.

Après de longues recherches dans la Vallée, Carter trouva enfin le " Graal ", quelques jours avant de clôturer une campagne de fouilles longues de vingt ans. Trône, mobiliers, bijoux, statuettes, masques, cannes, vases, et éventails sont quelques un des 5 000 objets retrouvés près de sa momie afin de l'accompagner dans la mort et l'au-delà. Un simple glissement de terrain a donc servit à protéger l'histoire de Toutankhamon, oeuvrant par la même occasion, à construire son mythe pharaonique.

 

Après de longues années de recherches sur ce personnage, plusieurs théories sont émises par les spécialistes. La première voudrait que ce tombeau, ainsi qu'une grande partie des objets qui s'y trouvent, aient été fabriqués pour quelqu'un d'autre. L'études de différents cartouches laissent apparaitre les noms de sa soeur, de sa grand-mère ou encore de la reine Meryaton. D'autres pensent que le tombeau avait été construit pour Nefertiti, la première épouse d'Akhenaton ( ses parents potentiels ). Concernant le masque, il aurait été impossible de le fabriquer pendant le court laps de temps séparant sa mort, sa momification hâtive et son inhumation. Des images en haute résolution laissent déchiffrer en hiéroglyphes le nom de Nefertiti Ankhetkheperoure Neferneferouaton sous celui de Toutankhamon. Le visage serait alors le siens mais le reste du masque mortuaire aurait été réutilisé.

 

Du 23 mars au 15 septembre 2019, une exposition lui est consacrée à Paris dans la Grande Halle de La Villette. 150 objets de son tombeau y sont réunis afin de nous donner un aperçu des richesses enfouîtes avec ce pharaon de légende. Bien évidemment, il ne s'agit la que d'une infime partie du trésor découvert. C'est une première approche intéressante pour se rendre compte de l'opulence et de la puissance des rois de l'Egypte antique. Il faut alors s'imaginer la quantité d'objets précieux et inestimables qu'il aurait été possible de découvrir si les tombeaux de la Vallée des Rois avaient été retrouvés intacts et non pillés.

 

 

 

 


 


 

 


 


 


 

 

 

Après ce bref aperçu à Paris, ma curiosité m'a poussée à aller au Caire pour visiter le musée d'archéologie. Ici, les salles du deuxième étages sont remplies des trésors de Toutankhamon ! De l'or et encore de l'or à perte de vue. Char d'apparat, boucliers, chapelles, vases canopes, statues, coffres-chapelles, sarcophages, amulettes, trône ... Tout y est présenté hormis sa momie restée exposée dans son tombeau dans la Vallée. La totalité - ou du moins une grande partie - de ses objets mortuaires y sont visibles pour notre émerveillement. Son masque, ses plus beaux bijoux et ses sarcophages en or massif restent enfermés dans une salle spéciale gardée sous haute surveillance et ou il est interdit de prendre des photos.

 

Non loin des pyramides de Gyzet, un nouveau musée est en train d'être construit afin d'y accueillir l'ensemble de cette collection. Une fois pris place dans leurs nouvel environnement, ces objets ne quitteront plus jamais leur pays d'origine. L'exposition de Paris est donc importante car elle symbolise le dernier voyage de ces objets hors des frontières égyptiennes.

 

 

 

 

 

 

 

 

  

A la fin de chaque visite, que ce soit à Paris en Egypte - et partout dans le monde ou il y a des touristes - le passage par les boutiques de musées ou par les souks reste une obligation car la sortie s'y trouve souvent. Au Louvre, le merchandising autour de la Joconde fait fort, mais ce n'est rien comparé aux souvenirs pharaoniques. Figurines dorées mal faites, pyramides en plastiques, vrais-faux papyrus, ballons de foot toutankhamontesque et copie du masque à 26 000€ ( de mémoire ), les produits dérivés atteignent des sommets en matière de mauvais gout, de kitsch et de débilerie ... Passer du temps à observer de nos propres yeux toutes les merveilles que notre monde nous offre, reste le meilleur des souvenirs à ramener chez vous. 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload