Baptiste Henriot | Voyages | Explorations | Découvertes | Europe | Asie | Scandinavie | Afrique | François-Auguste Biard | Auguste Mayer | Corvette La Recherche | Spitzberg | Expertise  | Léonie d'Aunet

©Baptiste Henriot 2016-2019

Toutes les images et les textes de ce site web sont soumis au droit d'auteur. Toute utilisation est interdite sans mon autorisation.

All images and texts on this website are subject to copyright. Any use is prohibited without my permission.

Test ADN - Voyager à travers son histoire

14 May 2018

 

 

 

Il existe de multitudes de façons de voyager. Certains chemins sont uniques et très personnels pour ainsi partir à la recherche de qui nous sommes et d'où nous venons. 

 

Voilà quelque temps que l'idée de faire un test ADN me trottait dans la tête et il y a quelque semaines, je me suis enfin lancé !

 

Mercredi 18 avril - La phase de test

 

Peu de temps après avoir passé ma commande, mon test est enfin arrivé par courrier. Dans une boîte au joli packaging, deux petits flacons, deux sortes de grands cotons tiges, un sachet et une notice d'explication.

 

Étape 1 : Ne pas boire, ni manger, ni fumer pendant au moins 30 minutes.

Étape 2 : Frotter l'intérieur d'une de ses joues, avec un écouvillon pendant 30 secondes.

Étape 3 : Ouvrir un flacon, insérer l'objet, puis refermer.

Étape 4 : Recommencer le même processus avec le second écouvillon dans l'autre joue.

Étape 5 : Placez les deux flacons dans le sac en plastique transparent, le fermer et l'envoyer par La Poste.

 

Résultat attendu par mail d'ici quatre à six semaines. Il ne me reste plus qu'à attendre !

 

 

Si il existe de nombreux sites qui proposent ce genre de services, les prix varient du simple au plus que décuple ! Pour un test comme le miens, c’est à dire le plus basique possible, il faut compter 70-80€. Les plus détaillés qui séparent les chromosomes X et Y donc les lignées paternelles et maternelles, qui vous donnent des informations sur votre patrimoine santé et vous donnent tout un tas d'autres informations sur vos ancêtres les plus lointains, les prix peuvent grimper jusqu’à 1 500€ ...

 

Petit rappel : notre ADN est composé à 50% de notre mère et à 50% de notre père. Eux-mêmes sont composés à 50% de leurs parents qui eux-mêmes sont composés ... Ainsi de suite ... Cette chaîne nucléotide qui nous compose est alors notre passeport dans le temps. Des origines de la vie sur Terre jusqu'à aujourd'hui, l'histoire de nos ancêtres y est écrite et nous est ainsi transmise. Ce patrimoine fait de nous ce que nous sommes à savoir des êtres uniques, tous cousins à X degrés.

 

Maintenant, quel est l'intérêt de ce genre de truc me demanderez vous ?!

 

Il y en a plusieurs. En grand passionné d’Histoire et de découvertes en tout genre,  je m'intéresse plus particulièrement à l'histoire de ma propres famille. Il y a plusieurs années, j’ai commencé à collecter mes informations familiales (états civils, photographies, papiers divers, objets militaires …) pour pouvoir remonter le plus loin possible dans ma généalogie et ainsi créer mes propres archives. La branche qui m’intéressait le plus était celle des Henriot, du côté de mon père car c’est de cette lignée que me vient mon nom. Je suis alors remonté jusqu’à la fin du XVI ème, approximativement jusqu’à 1590. Les archives précédentes ont malheureusement été perdues ou ont été détruites pendant la Révolution et il me sera difficile d’aller plus loin. De ce côté, rien de bien exotique. Mes aïeux étaient tous originaires du centre de la France et plus particulièrement du Loir-et-Cher et étaient tous paysans ou gardes moulins. Ma famille plus proche vient quand à elle de Paris. Du côté de ma grand mère paternelle, cela va du côté de l’Alsace et probablement de l’Allemagne juive.

Pour ce qui est du côté de ma mère, une des branches est purement parisienne. La seconde quand à elle s'en va au Portugal et au Brésil.

 

Les résultats hypothétiques attendus devraient donc révéler une forte provenance française quasiment à 90% et quelques départs dans le bassin Ibérique. Nous verrons si la généalogie et l’ADN s'accordent et si des surprises surviennent.

 

Le second intérêt de ce genre d'expérience est de montrer que nos origines ne sont pas forcément celles que l'on croit être. Rendre ce test accessible à un grand nombre permet de nous remettre en question tout en démontrant que l'idée de “ race pure ” est une connerie sans nom. De telles pensées extrémistes pourraient alors être discréditées voir éradiquées par la simple étude de nos héritages biologiques.

 

Quelques faits amusants à savoir : 

• 1 personne sur 200 serait un descendant de Gengis Khan

• 9 fra1nçais sur 10 partagent des gènes avec Charlemagne

• Toutes les personnes ayant des yeux bleus ont un ancêtre en commun

 

 

Lundi 14 mai - La réception des résultats

 

Voila ! Après près d’un mois d’attente, les résultats sont enfin arrivés par mail !

 

Résultats !!!! Roulement de tambour !!!!!!!!!!!!!!!!!!!
 

 

Sans grande surprise, mes ancêtres viennent de l’Ouest européen - point barre !

Étonnamment, les faibles pourcentages que je m’attendais à voir venir du bassin ibérique ne sont finalement pas présents. À la place, l’Italie ressort à ma plus grande surprise. Il ne pourrait donc que les ancêtres de mon arrière-grand-père portugais soient quand à eux originaires d’Italie ?! Pour le moment, ce ne sont que des spéculations et il me faudra approfondir et enquêter sur ce nouvel élément.

 

Au final c’est il est un peu décevant de ne pas avoir ne serait-ce qu’un tout petit pourcentage de sang Inuit ou Mongol mais les résultats sont ceux que je m’attendais à voir donc je ne suis pas réellement déçu. Ce genre de test pourrait s'avérer bien plus complet et surprenant sur quelqu’un avec des origines variés et vagabondes. Si mes ancêtres ont peu voyagé, je me dois de le faire pour eux !

 

 

Voici les descriptions faites par le site :

 

68,9% - Ouest et Nord-européen

La population de l'Europe septentrionale et occidentale comprend principalement les peuples allemand, français et néerlandais. Cette région a été influencée par des événements historiques importants, notamment la formation de l'Église catholique, la Renaissance, la Réforme protestante et la révolution industrielle. Les conquêtes impériales et l'âge de la colonisation ont entraîné des migrations de personnes originaires d'Europe du Nord et de l'Ouest dans le monde entier, à l'origine de l'établissement de populations importantes partout en Amérique ainsi que dans certaines régions d'Afrique et d'Océanie.

 

31,1% Italien

Le patrimoine culturel et génétique des Italiens a été façonné par l'Empire romain, ainsi que par le contact avec le Nord de l'Europe et la Méditerranée orientale. L'exploration italienne il y a 500 ans et l'émigration qui a suivi ont entraîné une forte présence italienne en Amérique du Nord et du Sud (États-Unis, Brésil, Argentine, entre autres), dans les pays européens voisins (Allemagne et Suisse) ainsi qu'en Australie et en Afrique du Sud.

 

Mais alors comment mes ancêtres sont-ils arrivés en Europe ?

 

Remontons encore plus loin dans le temps et intéressons nous aux aïeux de nos aïeux Néandertaliens : les Australopithèques. Les chercheurs s’accordent à dire que ces ancêtres communs ont vu le jour dans ce que nous appelons aujourd’hui le Berceau de l’Humanité. Cette zone géographique et historique se situe en Afrique, entre les actuels pays du Tchad, du Kenya et de l’Éthiopie. Il y a environ 6 millions d’années, Toumaï, Orrorin et un peu plus tard Lucy, des primates évolués, commencent à grimper les échelles de l’évolution. Bien plus tard, l’Homo Erectus amorcera les premières migrations sur ce continent mais il faudra attendre 150 000 avant notre ère et l’apparition de l’Homo Sapiens - nous - pour commencer à sortir de l’Afrique et entamer les grandes vagues migratoires vers le Nord et l’Est de notre monde. 

 

Du temps des chasseurs-cueilleurs, les déplacements sont obligatoires afin de s’adapter aux saisons, aux habitats mais également pour suivre la viande en mouvement. Ces peuples sont donc des nomades mais sur de courtes distances. Plus tard, au Néolithique la sédentarisation s'opère et engendre avec elle différents problèmes comme notamment une augmentation de la population et donc forcément une surpopulation des lieux. C’est donc à ce moment précis que certains Hommes ont entamé de grandes vagues de migrations à la recherches d’ailleurs.

 

A cette époque, il n’y a qu’un seul chemin possible pour quitter l'Afrique : passer par le Sinaï et le Croissant Fertile. Ensuite, deux options s’offrent à eux : continuer vers l’Ouest - vers l’Europe - ou continuer à l’Est - vers l’Asie. Les descendants des branches européennes ont eu quant à eux plusieurs choix dont les parcours classiques étaient de passer par l’Anatolie (actuelle Turquie) puis par les Balkans ou bien de passer par le Caucase, l’Asie Centrale et enfin par l’Ukraine. Mes ancêtres loiiiiiiitains ont donc emprunté un de ces itinéraires pour venir s’installer à Paris et dans le Loir-et-Cher !

 

Pour finir, un dernier point intéressant de ce genre de test. Nous, les humains, sommes plus semblables que nous le pensons. Tous les humains ont en commun 99,9% de leur séquence ADN. Seuls les 0.1% restants contiennent nos différences. Une page des résultats obtenus liste les correspondances ADN. Les personnes qui s'y trouve sont susceptibles d'être nos parents - proches ou éloignés car il peut exister des similitudes importantes entre leur ADN et le notre - dans ces fameux 0.1%. Cette rubrique est partagée en trois valeurs : 

ADN partagé : il indique le pourcentage d’ADN qui coïncide entre deux individus. Voir la quantité d’ADN en commun avec un individu est le meilleur moyen de se faire une idée d'une probable filiation. Par exemple, parents et enfants partagent en moyenne 50% de leur ADN et ce pourcentage diminue à mesure que la relation devient plus lointaine.

Segments partagés : Un segment est un morceau de séquence ADN. Les correspondant ADN ont un certain nombre de ces segments en commun, et certains d'entre eux sont plus longs que d'autres. Au total, la quantité d’ADN partagé avec une autre personne peut être composée de plusieurs petits segments, de quelques grands segments, ou d’une combinaison des deux.

Segment le plus long : Parmi les différentes tailles de segments partagés, la longueur du plus long segment peut aider à identifier une probabilité de filiation. Plus le segment est long, plus les chances d'être liés sont grandes. Regarder la longueur du segment le plus long est aussi la façon la plus facile de distinguer plusieurs correspondances qui indiquent toutes la même relation possible.

 

Pour ma part, 479 résultats s’affichent. En Norvège, en Suède, aux États-Unis, en Australie, en Belgique, en Afrique du Sud, en Hongrie, au Canada, en Roumanie, aux îles Caïmans, au Pérou … des inconnus partagent avec moi des sections ADN communes et donc, un ancêtre commun. Il faut parfois remonter assez loin pour trouver le dénominateur commun mais parfois, trois ou quatre générations de grands-parents suffisent. Je peux donc dire que ma famille est plus grande que ce que je ne pensais et que mes cousins habitent dans le monde entier ! Un monde qui au final est très petit …

 

 

 

 

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload