Baptiste Henriot | Voyages | Explorations | Découvertes | Europe | Asie | Scandinavie | Afrique | François-Auguste Biard | Auguste Mayer | Corvette La Recherche | Spitzberg | Expertise  | Léonie d'Aunet

©Baptiste Henriot 2016-2019

Toutes les images et les textes de ce site web sont soumis au droit d'auteur. Toute utilisation est interdite sans mon autorisation.

All images and texts on this website are subject to copyright. Any use is prohibited without my permission.

Sylvain Tesson - Etre en mouvement est ma nature profonde

19 Jun 2018

 

 

 

Retranscription de la rencontre avec Sylvain Tesson, dans son domicile du 5ème arrondissement de Paris, par le chroniqueur Vincent Josse de France Inter

 

_____

 

 

S.T. - J’aime bien visiter. C’est d’ailleurs devenu une sorte de métier - je ne sais pas - mais c’est ma nature. Le mouvement est ma nature.

 

V.J. - Enfant déjà ?

 

S.T. - Enfant toujours. J’ai le sentiment, je ne sais pas pourquoi, que le processus physiologique, non pas de vieillissement mais de maturation m’a épargné. Enfin en gros je suis attardé … Ou enfin inachevé - peut-être … Ça permet de ne jamais s’ennuyer. Je crois que c’est une des grandes menaces de la vie qui peut s'appeler autrement. Ça peut s’appeler le racornissement, ça peut s’appeler la fossilisation, la pétrification. Et bien je crois que garder son esprit d’enfant, c’est peut-être ça, continuer à nourrir, un émerveillement - je ne sais pas - mais un appétit. Un appétit permanent mais qui change d’objet : quand on est enfant c’est pour les Fraises Tagada et quand on grandit un peu c’est pour les horizons.

 

V.J. - Vous y vivez beaucoup ici ?

 

S.T. - Oui oui, en tout cas c’est l’endroit ou je reste. C’est l’endroit ou je reste immobile le plus longtemps.

 

V.J. - Combien de temps maximum ?

 

S.T. - Peut-être il m’arrive parfois de ne pas bouger de Paris pendant un mois - ce qui est beaucoup - ce qui donne le temps d’écrire un petit texte ou de commencer le début de quelque chose et après je repars en voyage. Je suis souvent ici pour faire des sacs. Si jamais un jour j’écrivais - ce que je me garderai bien de faire car toute autobiographie est une nécrologie - mais si je devais en écrire une, je l'appellerai Ma vie dans un sac ou dans les sacs car j’ai passé ma vie à faire des sacs et à refaire des sacs - ça je sais faire.

 

Je continue à faire mes voyages et aller traquer partout ou je le peux, les raisons de m'émerveiller du monde et de m’enchanter de ce que je vois ; ou au contraire de m’en désespérer, car il m’arrive de pleurer sur les cartes que d’autres ont distribués ; parce que j’aime l’idée que tout ce que je vis, je le transformerai un jour en mots, en lignes, en écritures. C’est ça finalement l’objectif, le moteur, la motivation de ces voyages qui peuvent sembler un peu frénétiques.

 

  

En découvrir d'avantage :


• Sylvain Tesson, Une très légère oscillation, Equateurs, 2017

• Pour écouter l'intégralité, cela se passe sur France Inter

  

Sylvain Tesson, l'écrivain-voyageur

©Hannah Assouline/Opale/Leemage - parismatch.com

 

 

 

 

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload