Baptiste Henriot | Voyages | Explorations | Découvertes | Europe | Asie | Scandinavie | Afrique | François-Auguste Biard | Auguste Mayer | Corvette La Recherche | Spitzberg | Expertise  | Léonie d'Aunet

©Baptiste Henriot 2016-2020

Toutes les images et les textes de ce site web sont soumis au droit d'auteur. Toute utilisation est interdite sans mon autorisation.

All images and texts on this website are subject to copyright. Any use is prohibited without my permission.

Saint-Nazaire - Un sous-marin nommé Espadon

11 Jun 2018

 

 

 

" Adieu, soleil ! Disparais, astre radieux ! Couche-toi sous cette mer libre et laisse une nuit de six mois étendre ses ombres sur mon nouveau domaine ! "

Jules Vernes

 

 

Entrez dans un sous-marin et les passages de 20.000 lieues sous les mers remontrons aussitôt à votre mémoire. Le luxe du Nautilus n’est certes pas présent, mais la peur de croiser le Capitaine Nemo dans un couloir est bien réelle. Car qui dit Nemo, dit pieuvre géante ... Ce n'est pas bon pour ma peur des abysses ... 

 

L’Espadon est un bâtiment que je connais déjà bien. A chaque fois que je suis en déplacement dans la région de Saint-Nazaire, je ne me lasse jamais de le visiter. Ce sous-marin thermique de type Narval, a fait partie de la flotte de la Marine nationale française de 1958 à 1985. Il est, depuis sa retraite, devenu un navire musée dans l’écluse fortifiée de son port d’attache.

Il n’a jamais participé aux combats et pourtant, il pouvait embarquer une vingtaine de torpilles à son bord. Sa mission était de surveiller les zones océaniques avec un équipage de 70 hommes embarqués. Cela peut sembler peu … mais il suffit de déambuler à deux pendant une heure dans ces couloirs pour déjà se sentir à l’étroit dans ce huis clos minuscule. Malgré cet espace réduit, ce genre de navires sont de vrais fourmilières. Dès qu’un marin se réveil, un autre prend sa couche pour dormir. C’est ce que l’on appel les couchettes chaudes. L’activité ne s’arrête jamais et tout le monde doit être sur le qui-vive en cas d’alerte.

Fait incroyable, en mai 1964, l'Espadon et le Marsouin plongent sous la banquise du Pôle Nord, en pleine mer de Norvège et traversent la glace au delà du 70e parallèle nord (voir la quatrième photo). Si à cette époque l’équipage pouvait tenir 40 jours sous l’eau, les plongées aujourd’hui peuvent atteindre les 140 jours. Imaginez vous quatre mois enfermés sous les océans ! De quoi devenir claustrophobe !

 

Pour une fois, pas de conclusion. Les sous-marins me fascinent tout simplement !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload