Baptiste Henriot | Voyages | Explorations | Découvertes | Europe | Asie | Scandinavie | Afrique | François-Auguste Biard | Auguste Mayer | Corvette La Recherche | Spitzberg | Expertise  | Léonie d'Aunet

©Baptiste Henriot 2016-2019

Toutes les images et les textes de ce site web sont soumis au droit d'auteur. Toute utilisation est interdite sans mon autorisation.

All images and texts on this website are subject to copyright. Any use is prohibited without my permission.

Rovaniemi, Finlande - Expédition en traîneau

26 Feb 2017

 

 

 

Il n’y a pas que le Père Noël qui puisse s’offrir le plaisir d’une balade en traîneau à renne.

 

Dehors, la température est de -16°. J’ai connu pire mais la fraîcheur ressentie va descendre un peu plus à mesure que le renne va suivre son chemin dans les sous-bois. De plus, je vais devoir rester immobile tout ce temps, assis, à regarder le paysage et la neige qui tombe. Il me faut donc rajouter quelques couches de vêtements, à commencer par une troisième paire de chaussettes en laine, des bottes étanches, une combinaison intégrale, sans oublier ma fidèle chapka en fourrure de lapin de Sibérie qui ne me quitte jamais. Pas de gants pour moi. Je sais que je vais regretter ce choix mais les photos avant tout.

 

A première vue, mon embarcation est sommaire. Quelques planches en bois forment un traîneau tout ce qu’il y a de plus basique. Aucune décoration, aucune fioriture, seulement le strict nécessaire pour pouvoir glisser sur la neige fraîche. Ma guide, Birit, une jeune Same issue d’une famille d’éleveurs de Inari, installe quelques peaux de rennes sur l’assise et le dossier pour rendre mon voyage plus confortable mais également pour m’isoler du froid et garder mes fesses au chaud.

 

Puis nous partons. A peine suis-je installé sous des couvertures, qu’une étrange tranquillité m’envahit. Cette sensation de glisser en silence dans les bois est apaisante et incroyablement reposante. De plus, mon moyen de transport est bien plus confortable que prévu. Je ne sais pas ce que donne un voyage de dix heures dans ces conditions mais je pourrais très vite me laisser aller à dormir. Mais non! Je ne dois pas en rater une miette.

 

Birit commence par tirer le renne qui ne veut pas avancer puis elle s’assied devant moi. Elle semble bien moins couverte que moi. Probablement est-elle plus habituée au froid qu’un parisien souffrant des dégâts dus à un chauffage au sol… Elle a sur la tête une très belle chapka en peau de phoque. Certains crieront au scandale mais essayez de vivre par -40° sans ça. Il n’y a rien de plus confortable et de plus isolant que la fourrure animale.

 

Le renne tire en toute légèreté ses deux passagers. Il semble connaître le chemin et n’en dévie que pour manger de la neige sur le bas côté.

 

Aucun bruit. Seule la neige sous les pas de notre locomotive à quatre pattes. Dans ce mutisme naturel, j’observe les traces qu’ont laissés les lièvres et les oiseaux. Puis j’observe attentivement entre les arbres. Peut-être arriverais je à apercevoir un élan? Après tout, je suis sur les Terres du Père Noël, rêver est donc permis!

 

Une heure après nous rentrons. J’aurais aimé continuer une heure de plus mais le froid commence à m’envahir malgré mon allure de bibendum. Nous rentrons dans une petite maison en bois finement décorée à la finlandaise. En son centre, le feu crépitant nous attend.

Une kuksa de jus de baie arctique chaud et une tranche de saumon frais sur du pain de seigle nous aident à nous réchauffer. Nous parlons des coutumes Sames qui se perdent, du marquage des rennes, de la vie en Laponie, de tout et de rien… Puis les aurevoirs nostalgiques sont obligatoires. Je sais que tôt le lendemain matin, je vais devoir prendre la route pour l’aéroport et rentrer à Paris.

 

Dire au revoir à la Laponie n’est jamais facile car je ne sais jamais quand j’y retournerai. Ce qui est sûr, c’est que j’y retournerai au plus vite.

 

Un grand merci encore à Marja Jalkanen, consul honoraire de Rovaniemi, ainsi qu’au Cercle franco-finlandais qui ont rendu ce court estivage possible.

 

 

 

 

 

 

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload