Baptiste Henriot | Voyages | Explorations | Découvertes | Europe | Asie | Scandinavie | Afrique | François-Auguste Biard | Auguste Mayer | Corvette La Recherche | Spitzberg | Expertise  | Léonie d'Aunet

©Baptiste Henriot 2016-2019

Toutes les images et les textes de ce site web sont soumis au droit d'auteur. Toute utilisation est interdite sans mon autorisation.

All images and texts on this website are subject to copyright. Any use is prohibited without my permission.

Vikingskipshuset, Norvège - Les constructeurs de drakkars

4 Sep 2010

 

Les drakkars...

 

Pièces maîtresses de l'armées Vikings, ces légendaires navires construit autour de l'an 800 et de l'an 1000, continuent aujourd'hui de faire rêver et de fasciner les amoureux de mythologie scandinave.

 

Ces petits bijoux nautiques leur permettaient de naviguer à travers les eaux parfois déchaînées de la Mer de Norvège, de la Mer du Nord, de la Mer Baltique, de l'Océan Atlantique et de la Mer Méditerranée.

 

Plus de quatre cents ans avant Christophe Colomb, les guerriers venus du Nord ont étendu leur empire de peur et de dévastation du Canada à l'Iran. Ils exerçaient une réelle domination sur les eaux européennes avec des flottes pouvant atteindre les deux-cents cinquante navires qui comprenaient en moyenne une cinquantaine de rameurs par bateaux.

Si les vikings de Scandinavie sont aujourd'hui connus pour leurs raids, les vikings baltes moins célèbres, étaient d'avantage tournés vers le commerce et les échanges. Que ce soit grâce à leurs pillages ou à leurs transactions, ce peuple a contribué au brassage des cultures et des civilisations mais ils ont également servi de plaque tournante à l'art, à l'artisanat, à l'économie, aux ressources et ont ainsi participé au développement de l'Ancien Continent.

 

Mais leurs drakkars ne sont pas seulement des armes de guerre. En effet, des fouilles archéologiques ont mis à jour des sépultures de chefs vikings enterrés avec leurs vaisseaux. Certaines de ces tombes ont été retrouvées dans l'Uppland (en Suède), près de Oslo et dans tout le Danemark. Les défunts pouvaient alors voyager en toute quiétude vers le Valhalla, le royaume des Dieux ou les guerriers se réunissent patiemment auprès du roi Odin pour festoyer et se préparer au Ragnarök (la bataille finale et prophétique de la fin du monde). Armes, objets du quotidien, animaux, parures et bijoux accompagnaient les dépouilles dans leurs dernières demeures (voir les deux dernières photos).

 

Même si ces tombes sont présentes un peu partout en Europe, rares sont les exemples qui nous sont arrivés en bon état. Les plus beaux spécimens ont été découverts à Tune, Gokstad, et Oseberg et sont de nos aujourd'hui conservés à Bygdøy, à l'Ouest d'Oslo, au musée des navires Vikings : Vikingskipshuset.

Restés près d'un millénaire sous terre, trois navires dont deux en parfait état de conservation et considéré comme trésors nationaux, ont refait surface durant la seconde moitié du XVIIIème siècle (voir deuxième et quatrième photos). Il est difficile de trouver les mots face à de tels merveilles. Nous sommes bouche bée, aux pied de ces vestiges d’un autre temps. Les lignes des planches sont irrégulières et nous semblent grossièrement taillées. Comment de telles machines peuvent-elles flotter? Comment ont ils réussi à traverser les mers? Et pourtant, nous sommes bien en face des terreurs des océans (voir troisième et cinquième photos).

 

Dans les salles adjacentes du musée sont également exposés quelques uns des plus beaux objets de l’artisanat viking : coffre de tombe, proue de bateau, chambre funéraire… Ces décors sculptés ont traversé les âges et nous sont donnés à admirer avec une rare émotion.

 

En 2016, des passionnés se sont lancés de défi fou de traverser l'Atlantique en drakkar. A bord du Harald Hårfagre, construit et calqué à l'identique sur des pièces de musées, et sous le commandement de Björn Ahlander, des dizaines de vikings du futur ont rallié la Norvège au Canada. Faisant escale aux îles Shetland (en Écosse), aux îles Féroé, en Islande et au Groenland, cinq semaines leur a été nécessaire pour une telle traversée.

Cette aventure n'est pas sans rappeler les voyages contés dans la Saga d'Erik le Rouge et la Saga des Groenlandais avec les trajets effectués plus de mille ans auparavant par Bjarni Herjolfsson, Leif Erikson et par Thorfinn Karlsefni.

 

 

 

 

 

 

 

Ces deux dernières photos viennent du musée d'histoire de la Suède de Stockholm. Sur ces stèles sont représentés des guerriers Vikings embarqués sur leurs Drakkars. 

Sur le premier, on peut également y voir Odin chevauchant sans cheval à huit pattes Sleipnir.

 

 

 

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload