Baptiste Henriot | Voyages | Explorations | Découvertes | Europe | Asie | Scandinavie | Afrique | François-Auguste Biard | Auguste Mayer | Corvette La Recherche | Spitzberg | Expertise  | Léonie d'Aunet

©Baptiste Henriot 2016-2019

Toutes les images et les textes de ce site web sont soumis au droit d'auteur. Toute utilisation est interdite sans mon autorisation.

All images and texts on this website are subject to copyright. Any use is prohibited without my permission.

Kyoto, Japon - La ville en images

28 Jun 2018

 

 

 

" Je mettrais volontiers Kyoto au nombre des dix villes du monde où il vaille la peine de vivre quelques temps ", écrivait Nicolas Bouvier dans son recueil Chroniques japonaises. Plus d'un demi-siècle plus tard, tout ceci est encore vrai.

 

Kyoto, littéralement la ville capitale devint le siège de la cour impériale en 794. Elle restera le centre politique et administratif jusqu'en 1600 puis perdra son titre de capitale impériale du Japon en 1868 après la chute de l'Empereur Edo. La ville d'Edo prendra sa place et sera rebaptisée Tokyo - la capitale de l’Est. Aujourd’hui, Kyoto coule des jours heureux et Nicolas Bouvier avait bien raison de dire qu’il fait bon y vivre. 

 

Point de passage de tous voyageurs dignes de ce nom, l'ancienne capitale nippone conserve des trésors artistiques et architecturaux hors du commun : Le Pavillon d'Or Kinkaku-ji, le palais impérial Kyōto-gosho, le sanctuaire aux 10 000 tojiis rouges de Fushimi Inari-taisha, les bambouseraies d'Arashiyama … la plupart de ces sites sont inscrits au patrimoine mondial de l'Unesco. C’est un bonheur que de vagabonder dans ses rues tout en s'arrêtant visiter les temples, les musées et les échoppes de glaces ou de mochis.

 

Mais ce que peu de personnes savent, c’est que cette quiétude et ces merveilles sont passées à deux doigts de l'anéantissement total. En effet, durant la Seconde Guerre Mondiale, l'État Major américain avait prit pour cible Kyoto et Nagasaki pour le largage de deux bombes atomiques dans le but de faire plier le Japon. Au dernier moment, Kyoto fut finalement remplacée par Hiroshima suite à l'intervention du secrétaire de guerre Henry Lewis Stimson et de son conseiller français Serge Elisseeff. Tous deux avaient voyagé au Japon et avaient visité cette ville. Ils connaissaient donc très bien les richesses culturelles qui s’y trouvaient et ils savaient parfaitement que la détruire serait une catastrophe patrimoniale ainsi qu’un obstacle à une réconciliation avec le Japon. Les 6 août et 9 août 1945, Hiroshima et Nagasaki furent détruite, laissant - de justesse - l’histoire de Kyoto s’écrire encore un peu.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Finissons avec des images trouvées sur kanpai.fr

 

Voici des photos de l'intérieur du Sanjusangen-do, le temple au mille et une statues de Kannon - de taille humaine - la déesse bouddhique de la compassion. Les photos étant interdites, je n'ai malheureusement pas pu en prendre mais je tenais malgré tout à illustrer ce temple pour lequel j’ai eu un réel coup de coeur et dont j’ai fais le tour deux fois. J’en ai même ramené un tampon signé par un moine ; c’est pour dire à quel point j’en suis fan ! L’agencement de ces mille statues, les expressions des dieux protecteurs et le colossale Bouddha en son centre font de ce temple peu visité, un lieu exceptionnel qu’il est impératif de découvrir lorsque l’on visite Kyoto. Comme peu de touristes y vont, le recueillement et l’introspection sont possible lors de cette longue marche face à tous ces regards de bronzes dorés.

 

 

    

 

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload