Baptiste Henriot | Voyages | Explorations | Découvertes | Europe | Asie | Scandinavie | Afrique | François-Auguste Biard | Auguste Mayer | Corvette La Recherche | Spitzberg | Expertise  | Léonie d'Aunet

©Baptiste Henriot 2016-2019

Toutes les images et les textes de ce site web sont soumis au droit d'auteur. Toute utilisation est interdite sans mon autorisation.

All images and texts on this website are subject to copyright. Any use is prohibited without my permission.

Wadi Rum, Jordanie - Sur les traces de Lawrence d’Arabie

31 Mar 2019

 

 

 

" L'appel du désert, pour les penseurs de la ville, a toujours été irrésistible : je ne crois pas qu'ils y trouvent Dieu, mais qu'ils entendent plus distinctement dans la solitude le verbe vivant qu'ils y apportent avec eux. "

 

Thomas Edward Lawrence - Les Sept Piliers de la sagesse

 

 

Amis des arabes ou conquérant ? Difficile de savoir qui était réellement le colonel Thomas Edward Lawrence (1888-1935) plus connus sous le nom de Lawrence d'Arabie. Il est impossible de visiter le Wadi Rum sans sentir la présence et l'histoire de ce courageux partisan qui prit parti lors de la révolution arabe contre l’empire Ottoman. Certains sites de ce désert portent encore son empreinte et reflètent sa légende comme le rocher surnommé Les Sept Piliers de la Sagesse - en hommage à son autobiographie - ou encore le Puits de Lawrence - ou il se serait arrêté avec le prince Faisal I bin Hussein en 1917.

 

Alors pour nous plonger à son époque et dans la peau de ce personnage, la meilleure façon de se déplacer reste la marche à dos de méharis (dromadaires de monte utilisés pour la course). A l’entrée de la réserve, des bédouins prennent en charge vos affaires et vous conduisent à votre jeune guide. Il vous présente alors ses animaux ainsi que le programme de la journée. Sous un soleil de plomb, les pas flâneurs / flegmatiques de nos montures rythment notre aventure et entre deux tempêtes de sable, des thés à la cardamome bien mérités nous sont offerts à l’ombre de tentes. Ombre qu’il est difficiles de trouver dans un désert comme celui du Rum, surtout en milieu de journée ou le soleil tape au zénith mais heureusement que l'hospitalité légendaire bédouine est la pour nous accueillir chaleureusement.

 

Dès les premières minutes de marche, il est facile de comprendre pourquoi ce désert est placé dans le top 10 des plus beaux de notre planète. D’immenses djebels - ou montagnes en français - semblent nous faire prisonnier de toutes parts. Il est néanmoins possible de trouver quelques rares échappatoires visuels entre deux massifs montagneux, mais le sable à perte de vue reste la seule promesse à notre fuite. Les couleurs sont étonnantes. Des déclinaisons de rouges, de oranges et de jaunes contrastent avec le bleu azur du ciel. Une palette de tons chauds et d’ocres se nuancent devant nos yeux dans un panorama à la fois désolant et époustouflant. Il n’est pas difficile de se retrouver seul au milieu de ce nul part, au milieu de cette immensité. Les plus cinéphile reconnaîtront même certains lieux de tournage pour le film Seul sur Mars avec Matt Damon. Mars … la planète rouge inhabitée … voilà un parfait synonyme pour le désert du Rum.

 

Et pourtant, le Wadi regorge de surprises et de mystères. Dunes de sable rouge hautes comme des montagnes, sources d’eau d'ou naissent quelques brins de verdures, pétroglyphes représentant des caravanes ou des écritures et temples nabatéens perdus ... Plusieurs jours sont donc nécessaires afin de faire le tour de tous ces trésors cachés. Parcourir ces étendues au galop, que ce soit à cheval ou en dromadaire, a quelque chose de libérateur et nous nous retrouvons directement transportés dans une charge digne du film de David Lean. Que faut-il de plus pour tomber amoureux de cette région et de ces paysages du Moyen-Orient, tout comme Lawrence un siècle auparavant ?

 

En fin de journée, après avoir pris une bonne douche relaxante, un autre spectacle s’offre à nous : celui du couché de soleil sur le Rum. Les plus courageux escaladeront la montagne la plus proche afin d'avoir le meilleur point de vue, mais nul besoin de prendre de la hauteur pour apprécier ce spectacle. Asseyez vous, et admirez le jour descendre au loin. Les couleurs et la lumière changent, les ocres se font de plus en plus chauds et de plus en plus rouges et le ciel bleu quant à lui, laisse peu à peu place à des centaines d’étoiles qui illumineront le ciel toute la nuit. Une seule chose de change pas : le silence. Ce silence que seuls les vents et les râles des dromadaires viennent briser. Mais l'heure de manger approche. A la bédouins style, la viande est enterrée dans le sable et cuite lentement par la braise disposée tout autour. Reprenons des forces pour la prochaine charge de demain et pour continuer le film de nos aventures !

 

 

 

 

 

 

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload