Baptiste Henriot | Voyages | Explorations | Découvertes | Europe | Asie | Scandinavie | Afrique | François-Auguste Biard | Auguste Mayer | Corvette La Recherche | Spitzberg | Expertise  | Léonie d'Aunet

©Baptiste Henriot 2016-2019

Toutes les images et les textes de ce site web sont soumis au droit d'auteur. Toute utilisation est interdite sans mon autorisation.

All images and texts on this website are subject to copyright. Any use is prohibited without my permission.

Istanbul, Turquie - Des vikings à Sainte-Sophie

23 Mar 2017

 

 

 

En plein coeur de la cité stambouliote, d’étranges runes Vikings ont été découvertes !

 

Halfdan a gravé ces runes

 

Témoignage énigmatique du IXème siècle, nous savons que les Vikings étaient de grands voyageurs qui parcouraient les mers et les océans à bord de leurs fabuleux drakkars, allant des côtes Canadiennes aux contrées lointaines du Moyen-Orient (voir mon article sur ces navires). Sur une période de six siècles, les Vikings multiplient leurs raids et entretiennent un règne de terreur. Mais ils étaient également d'intelligents hommes d’affaires savant tirer partie des meilleurs situations.

 

La question qui se pose est : que sont-ils venu faire à Constantinople, actuelle Istanbul?

 

Construite en 537, Sainte-Sophie ou Hagía Sophía, sert de cathédrale orthodoxe jusqu'à la conquête de la ville par les Ottomans en 1453. Elle est par la suite transformée en mosquée puis est devenue un musée en 1935.

 

C’est en 1964 qu’une première inscription runique a été découverte sur un parapet de l’étage supérieur de la galerie Sud de cet édifice (voir photos ci dessous). Seule une partie du nom Halfdan est lisible : -alftan.

 

Les Vikings avaient l’habitude de marquer sur leurs bijoux, sur leurs armes ou sur tout autres objets de la vie courante, le nom de leur propriétaire ou celui de son fabricant (voir prochainement mon article sur les bijoux et ornements Vikings). Les mentions “sculpté par” ou “propriété de” gravées en runes étaient très répandues. Il est donc possible que l'inscription faite à Hagia Sophia suive ce modèle.

 

En 988, une unité d’élite formée par l'empereur Basile II (958-1025) est incorporée à l'armée byzantine pour défendre la ville. Cette faction appelée garde Varangienne est formée de mercenaires Vikings. En plus de leur rôle de protecteur, ils aident à la restauration de la basilique. L’un d’eux aurait très bien pu inscrire son nom dans le marbre. Cette théorie semble tout à fait logique et très probante mais les spécialistes datent cette marque d’un siècle avant la création de cette garde.

 

Les Byzantins et les Vikings se sont rencontrés pour la première fois aux alentours de 839. Occupés par des combats avec les armées musulmanes en Anatolie, les troupes Byzantines laissent leurs villes sans défense et à la merci des pillages des hommes du Nord. Cette “nation inconnue” entre alors dans Constantinople en 860.

Malgré les conflits qui les opposent, les deux royaumes commercent. En effet, des chercheurs ont retrouvés dans les archives un accord daté de 907 entre l'Empire Byzantin et le prince Viking Oleg le Sage de Kiev (?-912).

 

Miklagard, en Suédois ancien, est le nom qui désigne la capitale byzantine. Plaque tournante du commerce entre l’Est et l’Ouest, cette cité traversée par le Bosphore est à cette époque le centre du monde connu.

 

Une autre découverte mystérieuse à été faite en Suède cette fois ci, dans la tombe d’une femme Viking. Il s’agit d’un anneau gravé de l’inscription Allah. Les études montrent que ce bijou remonte à la même période que les runes trouvées à Sainte-Sophie. Nous ne savons pas si cette bague a été rapportée par les arabes d'Andalousie ou par ceux de Bagdad, ou encore si ce sont les vikings installés à Constantinople qui l’ont rapporté.

 

Dans tout les cas, cette objet est la preuve des échanges faite entre la Scandinavie et l’Islam.

 

D’autres runes trouvées à Hagia Sophia sont les témoins du brassage culturel et des échanges qui avaient lieu dans tout le bassin méditerranéen.

 

 

En découvrir d'avantage : 

• Mats G. LARSSON - Nyfunna runor i Hagia Sofia - Journal of Swedish Antiquarian Research, 1989

• Eric A. POWELL - One Ring to Bind Them, Archaeological Institute of America, 4 juin 2015

 

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload