Baptiste Henriot | Voyages | Explorations | Découvertes | Europe | Asie | Scandinavie | Afrique | François-Auguste Biard | Auguste Mayer | Corvette La Recherche | Spitzberg | Expertise  | Léonie d'Aunet

©Baptiste Henriot 2016-2019

Toutes les images et les textes de ce site web sont soumis au droit d'auteur. Toute utilisation est interdite sans mon autorisation.

All images and texts on this website are subject to copyright. Any use is prohibited without my permission.

L'Art des Vikings - Le mythe des casques à cornes

7 Mar 2017

 

 

 

 

Les Vikings…


Des géants hauts de trois mètres et solides comme des montagnes. Ils ne craignent ni la peur, ni la mort. Ils viennent d’un pays lointain, glacial et sont entièrement revêtus de peaux de bêtes. Ils tuent pour le plaisir, dans la plus grande barbarie et boivent dans le crâne de leurs ennemis. Leurs bouches crachent du feu, leurs cheveux sont d’or et ils naviguent sur des monstres faits de bois et de fer. Ils manient les armes et les boucliers comme personne. Ils sont craints de toutes les armées connues. Rien ne leur résiste. Les coups d’épées ne leur font rien. Ces colosses imbattables sont des démons venus tout droit de l’enfer et comme preuve, ces cornes qui leur poussent sur la tête.

 

Au Moyen-Age, les premiers raids sur l’Angleterre débutent dans les années 790. Pendant près de deux siècles, les Vikings vont piller, détruire, tuer et semer la panique dans l’Empire Anglo-Saxon et dans l’Empire Carolingien. La Normandie, la Bretagne, l’Irlande et le Danelaw seront les territoires les plus marqués par ces attaques. Leur empire de terreur s’étendra jusqu’à la ville d’Abaskun, actuellement en Iran.

 

Beaucoup d’histoires tournent autour de ces guerriers venus dont ne sait d'où et certains de ces mythes ont la peau dure notamment celui des casques à cornes. Dans leurs manuscrits, ces moines les décrivaient comme des bêtes féroces arrivant de par delà les mers, d’un monde que personne ne connaissait encore. Ces païens vénéraient de faux Dieux dont celui de la foudre Thor et son père, le roi d’Ásgard, Odin.

Le mélange païen / sanguinaire suffit à les assimiler et à les représenter dans les enluminures comme des créatures diaboliques venues sur Terre pour mettre les pauvres petits croyants à l’épreuve.

 

Cette histoire de casques à cornes part donc de cette assimilation aux démons.

 

Mais l’on retrouve cette représentation (aujourd’hui bien ancrée dans notre inconscient collectif), au XIXème siècle avec les oeuvres du compositeur Richard Wagner. En effet, pour un soucis d’esthétique et de mise en scène, il est le premier à ajouter ces petites fioritures sur les casques antiques lors des représentations de son célèbre cycle de quatre opéras : Der Ring des Nibelungen / L'Anneau du Nibelung.

 

Peu de casque Vikings ont été retrouvés. En voici quelques exemples en photo ci dessous. Le métal résiste mal aux aléas du temps. Il est donc rare d’en retrouver en bon état. Les musées Suédois conservent quelques uns des plus beaux exemples jamais découverts. Malgré les altérations, rien ne laisse à penser que des cornes aient un jour orné les casques de ces combattants.

 

De nos jours, cette caricature est reprise partout : dessins animés, bandes dessinés, jeux vidéos, souvenirs pour touristes et même dans certains films mal documentés.

 

Cela va donc être compliqué de faire partir cette imagerie de nos têtes...

 

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload