Baptiste Henriot | Voyages | Explorations | Découvertes | Europe | Asie | Scandinavie | Afrique | François-Auguste Biard | Auguste Mayer | Corvette La Recherche | Spitzberg | Expertise  | Léonie d'Aunet

©Baptiste Henriot 2016-2019

Toutes les images et les textes de ce site web sont soumis au droit d'auteur. Toute utilisation est interdite sans mon autorisation.

All images and texts on this website are subject to copyright. Any use is prohibited without my permission.

Air Combat Experience - Au coeur d'un duel aérien

18 Jul 2018

 

 

 

A peine arrivé sur l’aérodrome de Saint-Estèphe que l’ambiance est tout de suite plantée à la vue des peintures des FK-12 Comets - qui ne sont pas sans rappeler celles des Curtiss P-40 de la Seconde Guerre Mondiale. Les requins du ciel nous attendent sagement au parking sous une chaleur de plomb pour nous permettre de vivre quelque chose d'inoubliable et d'inédit en Europe. Le temps d’une journée, Air Combat Experience nous donne l'opportunité de nous glisser dans la peau d’un pilote de chasse et de simuler un duel aérien comme au temps de la Grande Guerre.

 

Avant toute chose, la première étape est de se changer. On nous fournit un t-shirt noir ainsi qu’une combinaison aux couleurs d’ACE. Cela nous plonge encore plus dans notre rôle - mais je pense surtout que cela nous évite de tremper nos vêtements ( car il fait une chaleur infernale dans les avions ) et cela permet également de nous protéger contre les vomis éventuels.

 

Ensuite vient le briefing avec les pilotes ! Michel et Franck, respectivement anciens membres de l’Armée de l’Air et la Patrouille de France avec plus de cinq-mille heures de vol aux compteurs, nous expliquent les rudiments du combat aérien, les règles à respecter, le vocabulaire à utiliser, les bases du pilotage, le fonctionnement des avions … et du sac à vomi !

 

Puis vient le moment du vol ! La pression augmente crescendo. On monte dans l’appareil ; on s'équipe ; on retire la goupille de sécurité des parachutes ; le cockpit se ferme et l'hélice se met à tourner … Sans trop s’en rendre compte, nous arrivons en bout de piste et la longueur de gazon se réduit à mesure que le pilote met les gaz !

La sensation de vol dans un petit avion est toujours agréable je trouve, même si cela bouge beaucoup. Voir le paysage se déployer sous les ailes est quelque chose de magique, surtout dans cette région car pouvoir survoler les vignobles bordelais et les “petites maisons secondaires” des maisons Rothschild. Cela me permet de découvrir des lieux magnifiques qui m'étaient inconnus, tout en me mettant le vin à la bouche.

 

Après une petite ballade pour bien caler notre estomac la ou il est, l’heure des duels arrive ! Les pilotes nous placent à 2 000 pieds, l’un en face de l’autre. L’avion opposant arrive à 11 heures et lorsque l’on se croise : FIGHT IS ON ! A ce moment, c'est nous qui avons les commandes ( le pilote nous aide bien évidemment à rattraper nos erreurs ). Il ne faut plus trop réfléchir à partir de la ou du moins, ne pas hésiter à tirer à fond le levier de commandes pour redresser assez brutalement le nez de l’appareille. Le but étant de faire comme sur le schéma ci dessous, à savoir, prendre de l’altitude tout en vrillant pour essayer de se placer derrière l’autre pour ensuite se laisser tomber et prendre de la vitesse afin de le rattraper. Bien évidemment l’autre avion fait exactement la même chose. Le premier qui fait la moindre erreur se trouve donc dans la mauvaise position du chassé.

 

 

 

Par convention, on admet que les arbres et le sol se trouvent à 1 000 pieds. Celui qui dépasse cette limite est considéré comme crashé. Il faut donc surveiller l’altimètre de temps à autre. Pour rendre le combat encore plus réaliste, les avions sont équipés de mitrailleuses lasers. Quand nous sommes touchés, les impacts de balles se font entendre dans le cockpit, un fumigène extérieur est déclenché ainsi qu’un retour fumée cabine.

 

Ces phases d'actions se déroulent à près de 200 km/h et nous permettent de nous prendre 4G positifs et 1G négatifs dans la tronche. 1G double ou divise notre poids, donc pendant quelques secondes, mon corps avait l’impression de peser 300 kg. Physiquement tout ceci est dur et il faut arriver à résister à cette pression tout en restant concentré pour ne jamais perdre l’adversaire de vue. Pas besoin de dire que ces 45 minutes de vols sont éprouvantes ! Je n’ose même pas imaginer les pilotes qui se prennent entre 6 et 10 G dans les avions de chasses modernes …

 

J’espère que ces quelques vidéos et photos vous donnerons l’envie, à vous aussi, de tester cette expérience unique riche en émotions.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload