Baptiste Henriot | Voyages | Explorations | Découvertes | Europe | Asie | Scandinavie | Afrique | François-Auguste Biard | Auguste Mayer | Corvette La Recherche | Spitzberg | Expertise  | Léonie d'Aunet

©Baptiste Henriot 2016-2019

Toutes les images et les textes de ce site web sont soumis au droit d'auteur. Toute utilisation est interdite sans mon autorisation.

All images and texts on this website are subject to copyright. Any use is prohibited without my permission.

Qui je suis

Baptiste HENRIOT

Chercheur et Reporter

Expert du peintre François-Auguste Biard

Membre de la Société des Explorateurs Français

Déjà tout petit, j’ai développé une fascination pour les grandes étendues enneigées que je voyais à la télévision ou en photo dans les magazines.Tous les ans, je ne voulais qu’une seule chose : de la neige et du froid à Paris en hiver. Chose que je n’avais que très rarement. Cette attirance a très vite évolué en un amour passionnel. Au fur et à mesure que je me documentais sur les mythes et traditions de Laponie, j’ai eu l’envie de découvrir de mes propres yeux cette Scandinavie si mystérieuse. J’ai alors voyagé plusieurs fois en Norvège, en Islande, en Finlande, en Suède et même sur l'archipel septentrional du Svalbard. J’ai également eu l’opportunité de vivre un an à Stockholm et en Laponie Suédoise.

Cet amour s’est ensuite transformé en obsession avec l’écriture de ma thèse sur l’iconographie du renne dans la mythologie Européenne. Les gens qui viennent chez moi me disent que je vis dans un petit musée très personnel. Accrochées aux murs, les gravures XIXème représentant des rennes et leurs éleveur côtoient des bois ramené du fin fond de la Norvège, des objets de l’artisanat Same glanés ici et la, des photos datant du tout début du siècle dernier et qui montrent fièrement les premiers touristes à braver le climat du Nord Européen, des bibliothèques remplies de récits et d’images...

Malheureusement, avec le temps, ce choix de vie obsessionnel n'est pas allé en s’arrangeant…

 

Lors de mes études aux Beaux-Arts de Paris, j’ai découvert - un peu par hasard - les oeuvres du peintre lyonnais François-Auguste Biard (1799-1882). Très vite, ses représentations du Grand Nord m’ont touché. Depuis cette rencontre, je n’arrive plus à me détacher de ces images qui me rappellent ces pays que j’aime tant. Me retrouver devant une de ces peintures me rend nostalgique. Comme aucun historien n'avait travaillé sur sa vie, je me suis donné le défi d’écrire et de publier un catalogue sur son oeuvre. Par la force des choses, je suis devenu expert de ce peintre. Petit à petit, cela m'a amené à travailler sur la première exposition rétrospective qui se tiendra à la Maison Victor Hugo à Paris fin 2020 ; puis au musée des Beaux-Arts de Tromsø début 2021.

Mais là encore ce n'est pas tout... 

Membre de la Société des Explorateurs Français depuis janvier 2019, cela fait quelques années que j’ai été frappé par cette maladie que Bruce Chatwin, qualifiait de " malédiction du voyage ".

A l'instar de ce peintre touche à tout, j'aime l'aventure. Peu importe le continent et, peu importe le pays, les quatre coins du Monde recèlent des trésors que je veux découvrir.

Afin de me définir, je pourrais citer Sylvain Tesson et dire que " je continue à faire mes voyages pour aller traquer partout ou je le peux, les raisons de m'émerveiller du monde et de m’enchanter de ce que je vois ; ou au contraire de m’en désespérer ". Pour autant, je ne me considère ni comme un voyageur, ni comme un touriste et encore moins comme un explorateur - je n’ai pas cette prétention. J’aime visiter… Tout simplement. Si je m’intéresse principalement à la Scandinavie et au Spitzberg, rien ne m’empêche de partir découvrir ses antipodes. Il est possible de me voir gravir le Kilimanjaro, discuter avec des sumos, partir en méharée dans le désert jordanien ou ouzbek, dîner avec des Maikos, visiter la centrale de Tchernobyl, ou encore vivre parmi les nomades de Mongolie … La liste de mes projets futurs n’a pas de limite car le Monde entier est un terrain de jeu.

Ce sera un peu jouer sur les mots mais le terme que je préfère reste promeneur - ce qui m’éloigne un peu de l’image du Club Med et de la consommation de masse.

 

En 1690, le Dictionnaire universel d'Antoine Furetière disait que "les pérégrinations sont nécessaires à la jeunesse pour apprendre à vivre dans le monde". Apprendre est mon maître mot. De mes promenades, je reviens toujours avec des histoires à raconter, des reportages photographiques, des articles à publier dans la presse papier ou sur internet. Aujourd’hui j’essaie de vivre de mes différentes passions et ce n’est pas prêt de s’arrêter. Est-ce beau de vivre ses rêves ? Est-ce de la folie immature ?

Pour les curieux, voici une partie de ma collection de livres. Les ouvrages que j'ai choisi de vous partager ont marqué mes lectures. A vous maintenant de tomber en admirations en lisant les descriptions de la Laponie selon l’Abbé Outhier, ou encore de rester bouche bée en explorant le monde grâce aux ligne et à la philosophie du voyageur Bruce Chatwin.